Allemagne : une immense exposition retrace 60 années de culture club dans le monde

Écrit par Maïté Pesche
Le 11.05.2018, à 14h47
02 MIN LI-
RE
©Vitra Design Museum
Écrit par Maïté Pesche
0 Partage
À travers une exposition qui analyse, pour la première fois, les liens qu’entretiennent les architectures et designs des clubs les plus mythiques avec leur contexte culturel, le Vitra Design Museum de Weil am Rhein, en Allemagne, retrace leur histoire depuis les années 60, du célèbre Studio 54 au Space Electronic de Florence.


L’exposition « Night Fever. Designing Club Culture 1960-Today » au Vitra Design Museum met en avant ces hauts lieux de liberté sociale, où contre-culture et créativité se sont rencontrées pour générer l’avant-garde du design, de la mode ou plus généralement de l’art, par une remise en question des normes quotidiennes. Des clubs cultes new-yorkais aux lieux de fête dont l’ouverture aura été synonyme de véritable innovation culturelle, l’exposition propose une rétrospective des années 60 jusqu’à aujourd’hui, en passant par le disco des années 70 ou encore la naissance de la culture rave à Manchester.

night fever 2

L’approche pluridisciplinaire de cette exposition raconte cette histoire via différents supports tels que des maquettes d’architecture, notamment du célèbre Berghain, ou encore un morceau du dancefloor de l’Haçienda qui a largement contribué à l’évolution de la musique électronique à Manchester. D’autres artefacts de clubs y sont présentés : des archives, des films, des photos, des artworks… Tout ce qui permet de capter les différentes ambiances de ces temples de la nuit. S’ajoute à cela une installation en miroirs imaginée par Konstantin Grcic et Matthias Singer, comprenant des playlists de disco et de techno en libre écoute, des projections à 360° et des pièces de mode incontournables.

night fever 3  

On conçoit finalement au cours de ce voyage initiatique que le club se réinvente à l’image de la société qu’il accueille, tel un « environnement immersif pensé pour des expériences intenses » selon le site du musée. À conseiller à ceux qui recherche une nuit sans fin. 

L’exposition restera accessible au public jusqu’au 9 septembre.

   À lire également
Club culture : l’expo-photo sur ses années les plus folles

0 Partage

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant