Deux Américains ont fait entrer 68,7 milliards de mélodies dans le domaine public

Écrit par Erwan Lecoup
Photo de couverture : ©D.R.
Le 27.02.2020, à 11h06
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Erwan Lecoup
Photo de couverture : ©D.R.
0 Partages
Deux musiciens et programamteurs ont enregistré, puis rendu publique, toutes les combinaisons de mélodies possibles sur une octave. Grâce à un algorithme créé par leur soin et au langage universel MIDI, les deux Américains souhaitent ainsi protéger les artistes d’être poursuivis pour violation de droits d’auteur devant les tribunaux, mais font aussi vaciller la question des droits de propriété intellectuelle.

Deux américains ont souhaité protéger les artistes d’être poursuivis en justice pour violation de droits d’auteur, à propos d’une mélodie déjà existante, dit plagiat. Selon eux, ces règles étouffent la liberté de création des artistes. Damien Riehl, avocat spécialisé dans les droits d’auteur, et son collègue Noah Rubin – tous deux musiciens et programmateurs – ont déterminé un algorithme permettant de générer en MIDI toutes les mélodies possibles sur une octave (8 notes) sur 12 temps. Un peu comme un pirate informatique souhaitant décrypter un mot de passe, à coup de 300 000 mélodies par seconde.

La manœuvre ne s’arrête pas là. Une fois les 600 Go de données sauvegardées sur un (gros) disque dur, Damien Riehl et Noah Rubin ont protégé l’ensemble sous la licence Creative Commons Zero. Désormais ces suites de notes n’ont “aucun droit réservé”, similaires à des œuvres tombées dans le domaine public. Les 68,7 milliards de mélodies uniques générées et le code de l’algorithme sont disponibles en open source sur les archives de Github.

Partant du constat que les notes sont des chiffres, M. Riehl a exposé lors de la conférence TEDx à Minneapolis : «  Si les nombres existent depuis le début des temps et que nous les utilisons allégrement, les mélodies ne sont peut-être que des mathématiques, qui ne sont que des faits, qui ne sont donc pas soumis au droit d’auteur ».

Attention, le droit d’auteur relève d’un domaine juridique complexe, différant parfois selon les cas traités. Si sur le plan fonctionnel la tactique a des chances de s’appliquer, reste maintenant à voir comment réagiront les tribunaux face à celle-ci.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant