À voir : un extrait du live des Daft Punk aux Trans Musicales de 1995 refait surface

Écrit par Briac Julliand
Photo de couverture : ©Eric Pérez
Le 14.12.2018, à 15h28
02 MIN LI-
RE
©Eric Pérez
Écrit par Briac Julliand
Photo de couverture : ©Eric Pérez
Parmi les légendes qui ont foulé le plancher des scènes des Trans Musicales, les Daft Punk occupent une place de choix. Leurs passages en 1995 et 1996 sont les allégories du mythique flair de Jean-Louis Brossard, qui les avait programmés après avoir écouté leur maxi Da Funk. Un concert important pour le groupe, dont un des (rares) extraits a récemment surgi sur YouTube.

« Les Daft, c’est un premier maxi qui me tombe dessus, Da Funk, paru sur un label écossais », expliquait en 2013 Jean-Louis Brossard, le programmateur des Trans Musicales, au micro de Canal B, dans le cadre d’une interview réalisée sur les mémoires des Trans.

Le passage du duo parisien, pas encore casqué, est probablement une des plus grandes fiertés pour lui, tant son festival se veut être, aujourd’hui encore, un tremplin. Il continue : « Comme on était assez potes avec eux, on a fait en sorte qu’ils viennent vers un show vraiment spécial : ils ont accepté de faire un mélange de live et de DJ set, ce qu’ils n’ont fait qu’une fois dans leur vie… »

Un concert unique donc, dont un extrait a été mis en ligne par la chaîne de fan Daftworld. On y reconnaît les deux DJ’s, le pass du festival autour du cou.

Au cours de l’interview, le programmateur révèle que le concert a failli ne jamais avoir lieu : l’année de leur venue ayant été agitée par d’importantes grèves contre le « plan Juppé », une réforme de la retraite et de la sécurité sociale. Le pays alors paralysé par des grèves de train et des pénuries d’essence, il était impossible pour les groupe de se rendre à Rennes.

Jean-Louis Brossard explique même avoir annoncé l’annulation du set à la presse, avant qu’une membre du staff ne persuade Thomas Bangalter, encore jeune conducteur, de charger sa voiture de ses instruments et de faire le déplacement jusqu’à Rennes. Un joli happy end, narré par le programmateur himself ci-dessous.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant