À voir : cet “Andy Warhol marocain” croise sound system culture et traditions du Maghreb

Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Hassan Hajjaj
Le 07.10.2019, à 14h44
02 MIN LI-
RE
©Hassan Hajjaj
Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Hassan Hajjaj
Du 27 septembre au 20 décembre, le photographe Hassan Hajjaj, chef de fil d’un pop art à la sauce marocaine  expose ses oeuvres hautes en couleur dans le métro de Paris, en partenariat avec la Maison Européenne de la Photographie.

La troisième Biennale des photographes du monde arabe contemporain a commencé le 11 septembre dernier. Pour l’occasion, la Maison Européenne de la Photographie (MEP) donne carte blanche à Hassan Hajjaj, ce photographe d’origine marocaine surnommé Andy Wahloo (rien, en arabe) par son ami Rachid Taha et installé à Londres depuis ses 13 ans en exposant ses oeuvres jusqu’au 17 novembre.

Ses portraits aux couleurs explosives et aux cadres piochés chez l’épicier sont aussi à retrouver ainsi sur la ligne 1 du métro parisien, à l’arrêt Hôtel de Ville. À la clé, un travail qui souligne les sujets de prédilection de l’artiste : son intérêt pour l’univers de la mode, son point de vue critique sur la société de consommation, les questions de tradition et d’identité. Son entretien est à retrouver dans Trax numéro 225, dont la couverture lui est consacrée. 

TRAX octobre

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant