À Nice, trois jours de festival 100% vinyle et digging pour le Disquaire Day avec Mikrosillons

Écrit par Jacques Simonian
Photo de couverture : ©Ville de Nice
Le 07.04.2017, à 11h53
02 MIN LI-
RE
©Ville de Nice
Écrit par Jacques Simonian
Photo de couverture : ©Ville de Nice
C’est une grande première, le Disquaire Day débarque à Nice le week-end du 21 au 23 avril. En tant qu’initiateur de cette bonne nouvelle, l’association La Galette s’est occupée de mettre en place un parcours dans la ville, Mikrosillons, oscillant entre soirées, expositions et apéros, avec un unique dénominateur commun : le vinyle.

Un vent nouveau souffle sur Nissa la bella, et c’est le collectif La Galette qui en est l’instigateur. Le principe est simple, créer du lien social à travers des activités et un objet commun à tous, chargé d’histoire, le vinyle – ce “nouvel or noir” évoqué dans le Trax#201, paru le 4 avril, dont vous pouvez consulter le sommaire ici. C’est ce qu’Alexandre Larose, l’un des fondateurs de la famille Galette, explique : « Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait une vraie émulation par rapport aux vinyles. De ce fait, on a construit Mikrosillons autour de ça, avec comme idée principale l’échange, le lien social. Le Disquaire Day était l’occasion parfaite pour faire dialoguer les chapelles musicales et toutes les couches sociales de la ville, pour aller au-delà du cliché niçois. »  

Pour amener le Disquaire Day à Nice, pour la première fois, La Galette s’est d’abord rapprochée des équipes de Paris, avant de se lancer dans le projet en compagnie des acteurs locaux : « Sur Nice, il n’y avait pas de manifestation qui existait vraiment. Comme on a quelques shops qui sont actifs et différents, il était normal de se rapprocher d’eux. De là, avec ces trois magasins (Hit Import, Sonic Import et Evrlst, qui a ouvert ses portes il y a peu) on a monté toute une programmation, des animations et des soirées autour du vinyle », pour un parcours qui s’étend sur trois jours.

Alexandre Larose reprend : « On a monté un programme super éclectique, aux thématiques variées, totalement gratuit, avec toujours le disque comme point central. Les gens peuvent venir toucher du vinyle, discuter entre eux, le tout de manière très conviviale. Une petite animation sympa, un peu de bouffe, un coup à boire… On n’est pas dans une convention de disques, on est vraiment dans un objectif d’échange. » Les Niçois sont donc invités à se rendre dans l’un des marchés de la ville, Libération, dans un sandwich-bar qui vibrera au son d’un collectif local de reggae, Ruff Stereo Sound System, à une épicerie italienne dans laquelle seront installées des platines pour des duels, ou encore dans un bar à vin pour des sessions b2b animées par un limier de la scène niçoise, Long John, face à un artiste globe-trotter et plus deep, Francisco Zuñiga de Mercado. 

Cette première édition de Mikrosillons pourrait être une étape décisive pour la suite. C’est ce qu’espère La Galette, qui a déjà en tête l’orientation que pourrait prendre l’évènement : « On est vraiment dans une logique d’étendre le spectre au maximum, et si ça marche cette année, on a déjà d’autres idées sur des propositions plus pointues. On s’entend bien avec le festival de Laurent Garnier, Yeah!, avec lequel on partage l’état d’esprit. Au fur et à mesure, on va affiner au maximum ce côté convivial tout en essayant, bien sûr, de progresser au niveau de la programmation ». C’est tout le mal qu’on leur souhaite !

La première édition de Mikrosillons aura lieu dans de nombreux lieux de Nice, du 21 au 23 avril prochain. La programmation complète est à retrouver sur la page officielle de l’évènement.

Des tote-bags Mikrosillons sont à gagner ! Pour gagner le vôtre, envoyer un mail à concours@traxmag.com

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant