À Montréal, le festival MEG change de dimension en créant la première parade techno du Québec

Écrit par Lucas Javelle
Le 03.08.2017, à 16h20
02 MIN LI-
RE
Écrit par Lucas Javelle
0 Partage
Profitant de la fête du travail américaine, le Montréal Electronique Groove revient pour sa 19e année consécutive du 31 août au 3 septembre ; un week-end de musique électronique à la découverte de nouveaux talents locaux et mondiaux, avec toujours son lot de têtes d’affiche. Après avoir vu défiler des pontes de la techno, de la house ou de la French Touch, le festival montréalais se réinvente chaque année, et pour celle-ci, nous réserve une surprise de taille…

Agoria, Richie Hawtin, Gesaffelstein, Justice… ils sont tous passés par la case MEG. Un festival au Canada qui a réussi, après plusieurs années d’expérience, à s’imposer comme figure de proue du paysage musical électronique québécois. Son fondateur, Mustapha Terki, nous raconte l’âme de cette fête annuelle et son credo : « La particularité de cet évènement, c’est vraiment de mettre l’accent sur la scène electro actuelle ; d’avoir un festival où l’on découvre une multitude de talents, avec un pont très affirmé entre Paris et Montréal, et bien entendu quelques têtes d’affiche internationales. On veut garder ce rôle de découvreurs, c’est notre signature. J’illustre souvent cela avec l’exemple de 2005, où l’on a fait venir Justice devant quarante personnes. »

   À lire également
La nouvelle scène électronique de Montréal en cinq artistes

Cette année, la programmation du MEG promet, à son habitude, de ravir les oreilles, mais aussi la curiosité de chacun. Un état d’esprit commun aux festivaliers de Montréal. « On a vraiment un public électro qui suit, se renouvelle et est très curieux. Et comme dans toutes les grandes villes, on a des gens qui défendent leur chapelle dans chaque style. Les Piknic Electronik, c’est tout de même même 5000 personnes qui viennent faire des grosses teufs avec des gros DJ’s. »

Pour l’édition 2017, l’éclectisme du line-up du MEG correspond à sa ligne de conduite. Au programme : des producteurs français de renom comme Clément Bazin pour l’électronique, Guts pour le hip-hop ou encore KillASon. Mais aussi des artistes locaux comme Bad Nylon, iLLvibe ou Myer Clarity. Avec cette année un focus 100% hip-hop le 1er septembre au Divan Orange, pour une conférence et un open mic avec le public. « Au fil des éditions, nous avons changé les formules, les dates – on s’est retrouvé en juin, en octobre… On essaie toujours de s’adapter et d’anticiper de faire des formats accessibles, nous raconte Mustapha Terki. Cette année par exemple, nos dates correspondent à la fête du travail américaine, pour anticiper justement l’éventuel flux supplémentaire de festivaliers. »

Si le MEG n’en finit pas d’agréablement surprendre ses fidèles comme les nouveaux festivaliers, cette année, la surprise est de taille : le festival organise, en co-production avec son partenaire Evenko, et dans le cadre de du 375e anniversaire de Montréal, la toute première Electro Parade d’Amérique du Nord. Petite sœur de la Techno Parade française, celle-ci sera l’invitée d’honneur des festivités. L’Electro Parade aura lieu le 2 septembre, en même temps que le festival MEG, qui y aura son char avec une flopée de DJ’s pour l’instant gardés secrets… « C’est une année charnière pour nous, avec ce nouveau concept, qui sera à la sauce montréalaise. L’Electro Parade va nous permettre de mieux nous positionner auprès du public, et donner une plus grande dimension au MEG. »

   À lire également
Québec : la ville de Montréal organise sa première techno parade pour son 375e anniversaire

Pour toutes les informations sur le festival, billetterie et horaires, rendez-vous sur le site du Montréal Electronique Groove.

0 Partage

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant