À écouter : 1h de mix bossa nova tout doux, par le Français Yuksek

Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©D.R
Le 28.02.2020, à 17h57
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©D.R
0 Partages
Ce vendredi 28 février, à l’occasion de la sortie de son quatrième album Nosso Ritmo, le producteur français Yuksek a concocté un podcast pour Trax. Il y partage son amour pour la musique brésilienne, et particulièrement la bossa nova.

Présent sur la scène électronique depuis les années 2000, le producteur français Yuksek tire principalement son inspiration des années 70. Avec son label Partyfine, il collabore depuis 2013 avec plusieurs artistes tels que Brodinsky, Polo & Pan ou encore Gorillaz. L’artiste sort ce vendredi 28 février un nouvel album intitulé Nosso Ritmo, et en profite pour confier à Trax un mix exclusif dans lequel il s’attèle à l’exercice de style de jouer… de la bossa nova.

Ce quatrième opus (dont le titre signifie “notre rythme” en portugais) vogue entre son amour pour la musique brésilienne, la disco, et la house. Il débute avec des influences latines, fruits de collaborations avec Fatnotronic et Processman, et de son goût pour le son brésilien, mais aussi sa scène disco et pop des années 70 et 80. On y retrouve également des sonorités anglo-saxonnes, notamment grâce à un featuring avec Isaac Delusion, et un hommage à la “dirty house” des années 90 sur les titres “G.F.Y.”, “This Feeling” et “Gorgeous”. L’artiste fait également preuve d’expérimentations dans ses collaborations avec Zombie Zombie et Polo & Pan. Enfin cet album marque une première filiation de l’artiste à la French Touch sur “The Rollercoaster”.

Dans son mix exclusif pourTrax, Yuksek exprime son attachement pour la musique brésilienne, qu’il distille dans une sélection bossa nova. « Je ne me considère ni expert, ni puriste, ni spécialiste de bossa nova », explique l’artiste, « mais c’est une musique qui me touche, par la douceur et la mélancolie qu’elle véhicule ». Le mix doux et tropical fait état des lieux des « musiques de la fin des années 50 au tout début des années 70 ainsi que quelques additions comme le morceau d’Henri Salvador ou celui de Pierre Barouh, musique de film et déclaration d’amour à la samba ». De quoi se plonger « seul ou en petit groupe » dans l’ambiance suave d’une ode à l’Amérique latine.

L’album est à retrouver en intégralité sur les plateformes d’écoute.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant