À Berlin, il est désormais possible de tester ses drogues dans les clubs de la ville

Écrit par Amaury Lelu
Photo de couverture : ©D.R
Le 25.06.2019, à 18h52
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Amaury Lelu
Photo de couverture : ©D.R
En Allemagne, le Sénat vient officiellement d’autoriser le contrôle des substances contenues dans les drogues, circulant dans les clubs berlinois. L’État consent donc à financer la mise en place de ces espaces de test, opération s’élevant à 150 000 €. 

Des substances nocives voire mortelles peuvent résider dans une pilule d’ecstasy ou un gramme de cocaïne. Un risque auquel les consommateurs de stupéfiants à Berlin pourront bientôt ne plus s’exposer. La pureté et le dosage des drogues pourront être vérifiés dans la capitale, et ce grâce à une mesure de prévention et de réduction des risques portée depuis novembre dernier par la coalition gouvernementale rouge-rouge-vert. Cette dernière vient d’être votée par le Sénat et financée à hauteur de 150 000 € par l’Etat. « Nous allons également doubler les fonds pour 2020/2021 afin que le projet puisse aller de l’avant », a annoncé une porte-parole de l’administration du Sénat pour la santé, selon le site d’informations allemand Welt.

La date pour l’application des premiers tests n’est pas encore connue mais ils seront conçus par trois institutions indépendantes de la Berlin Addiction Aid. « Afin de réaliser une mise en oeuvre rapide, nous sommes maintenant en coordination avec les autorités compétentes », explique la fonctionnaire allemande. 

En Suisse, la ville de Zurich propose des dates auxquelles les médicaments peuvent être remis pour analyse. Les contrôles de drogues sont également légaux en Autriche depuis une vingtaine d’années. Berlin est aujourd’hui la première ville allemande a effectué la démarche. Ceci est le résultat de la lutte menée par les associations de la capitale depuis les années 90.

ERRATUM : Le testing de drogues à Berlin ne sera dans un premier temps proposé que dans un (voire deux) laboratoire fixe en ville. L’arrivée de dispositifs de testage rapide en club pourrait cependant être la prochaine étape. L’élue Catherina Pieroth (Verts) déclare ainsi : « Seule l’offre sur site, dans les clubs et dans les festivals, sera réellement préventive et éclairante. »

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant