40 festivals s’engagent à bannir la reconnaissance faciale de leurs événements

Écrit par Bartolomé Laisi
Le 29.10.2019, à 17h14
02 MIN LI-
RE
Écrit par Bartolomé Laisi
Cette semaine, 40 festivals se sont engagés à ne plus utiliser de technologies de reconnaissances faciales pour leurs événements. Retour sur un phénomène grandissant, qui pose la question des libertés individuelles.

Le groupe militant Fight For The Future a convaincu une quarantaine de festivals de musique de s’engager à ne plus utiliser de technologies de reconnaissance faciale pour leurs événements. Parmi eux, on compte l’immense Coachella, Bonnaroo à Manchester, Lollapalooza, Pitchfork Music Festival, ou encore SXSW, au Texas.

Créé en 2011 à l’initiative de Tiffany Cheng et Holmes Wilson, Fight For The Future est un groupe agissant pour la protection de la vie privée et du droit à l’image. En effet, faire scanner sa carte d’identité à l’entrée d’une soirée n’est pas un phénomène récent au Royaume-Uni.  Certains clubs sont dans l’obligation d’adopter différents scanners de reconnaissance faciale, pour se voir accepter une licence tardive. C’est notamment le cas de Fabric, célèbre club techno londonien, qui a du accepté différentes conditions pour que sa réouverture lui soit accordé. Malgré le fait que de nombreux festivals se soient engagés à supprimer cette technologie, certaines organisations, comme le Burning Man souhaite continuer de l’adopter et avance que la reconnaissance faciale peut facilement être réglementée. Débutée le mois dernier auprès des festivals et des différentes salles de concert, la démarche prévoit dans le futur d’étendre ses actions en dehors des festivals. 

La pétition qui vise à lutter contre une « technologie invasive» et la liste des signataires, c’est par ici.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant